Aller au contenu
Rapport Annuel 2019

DEEE ménagers

Le remploi ENVIE 2E (Villeneuve d'Ascq-59)

Chiffres clés

appareils réemployés ou réutilisés, contre 439 878 en 2018, soit une augmentation de 30%
tonnes de DEEE remises à la filière

L'économie sociale et solidaire (ESS)

Le réseau Emmaüs France réemploie des équipements électriques et électroniques issus des dons des habitants. Le réseau Envie réutilise quant à lui le gros électroménager collecté par la distribution.

En 2019, près de 574 000 appareils ont pu être réemployés ou réutilisés après réparation. Soit une hausse de 30% par rapport à 2018.

 

ess

L'opération "Je donne mon téléphone"

1.HOME_vert@2x

 

En octobre 2019, ecosystem a lancé l’opération « Je donne mon téléphone » afin de capter le gisement de téléphones portables non utilisés qui pourraient faire l’objet de réemploi. En effet, on estime entre 54 et 113 millions le nombre d’appareils dormant dans nos tiroirs. Tous les téléphones collectés sont acheminés vers les Ateliers du Bocage, entreprise d’insertion du réseau Emmaüs, spécialisée dans la remise en état des téléphones mobiles. Dans le cadre de son projet d’utilité sociale, les Ateliers du Bocage emploient 150 personnes dont une partie en contrat d’insertion. Le système est simple et gratuit, ecosystem organise toutes les étapes de prise en charge du téléphone, depuis la demande d’étiquette ou d’enveloppe préaffranchie jusqu’à son traitement.

Par ailleurs, ecosystem et les Ateliers du Bocage ont signé une « charte réemploi » pour la remise en état des téléphones mobiles. Elle garantit que les mobiles seront vidés de toutes les données personnelles qu’ils contiennent, dans le respect le plus strict de la confidentialité. La charte garantit également la qualité des processus mis en œuvre pour remettre en état les téléphones (test, désimlockage, nettoyage…).

 

La plateforme est accessible avec le lien suivant : https://www.jedonnemontelephone.fr/

 

Les collectes solidaires de quartier en partenariat avec Emmaüs

CSQ

 

ecosystem et Emmaüs France organisent régulièrement des collectes solidaires de quartier (CSQ), points de collecte éphémères afin de récupérer des appareils électriques et électroniques. Ces CSQ ont toujours lieu le samedi matin, leur fréquence peut être mensuelle ou bimestrielle. Elles sont mises en place dans les villes de Lyon, Toulouse, ainsi qu’en Ile-de-France afin de faciliter le geste de don. Tous les appareils électriques pris en charge sont triés, nettoyés et réemployés par une structure de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), ou à défaut, recyclés par ecosystem.

En 2019, 342 CSQ se sont déroulées en France et près de 30 000 EEE ont ainsi pu être collectés.

 

Une filière de pièces détachées avec Envie

stockages des pièces détaches dans un atelier envie

 

Un projet pilote de l’activité de prélèvement et gestion des pièces détachées issues du réemploi a été mis en place sur 3 sites ENVIE ERG. Les résultats de ce pilote sont encourageants et mettent en valeur la nécessité de s’appuyer sur un réseau existant et de fédérer les opérations au niveau national.

 

La renégociation des accords nationaux avec Envie et Emmaüs

ecosystem a mis en place de nouvelles dispositions, en accord avec Emmaüs et Envie, afin d’améliorer la traçabilité (pesée avec balance homologuée, délais de saisie, cohérence du rendu réemploi), et mettre en place des dispositifs continus tels que le reporting réemploi, la redéfinition d’abaques moyens, ou encore les référents réemploi …

Une réelle amélioration de la communication entre les interlocuteurs est voulue, pour se faire, un guide d’éléments de langage et une augmentation du nombre de réunion Copil avec ecosystem ont été mis en place. Des barèmes de soutien ont également été révisés, afin de prendre en compte l’effet économique, et valoriser la collecte préservante pour réemploi.

 

L'exemple de la plateforme Darty Mitry Mory

chargement

Chargement de la semi à quai pour les prélèvements Envie

 

La plateforme de Darty Mitry Mory en Ile-de-France, est un exemple de collecte préservante qui permet aux structures de l’ESS de collecter des flux de bonne qualité et de pouvoir réparer et réemployer plus facilement les appareils. Ce principe de sur-tri est soutenu par ecosystem. Les distributeurs acceptant de trier les appareils qu’ils reçoivent dans le cadre du dispositif « 1 pour 1 » (échange d’un appareil neuf contre l’appareil usagé) recevront un soutien financier.

Ce système a permis non seulement à des acteurs d’Envie (par exemple : Envie Orléans Loiret, Envie Touraine) de récupérer des appareils de qualité nettement supérieure à la moyenne et donc d’augmenter significativement leurs taux de réemploi (supérieur à 20%), mais aussi d’optimiser les trajets. En effet, les flux dirigés vers Envie étant de très bonne qualité, la quantité d’appareils ne pouvant pas être réemployée diminue et donc les appareils remis pour traitement diminuent, ce qui limite les allers-retours entre plateformes Envie et centres de traitement.

 

Créations de nouveaux sites

En 2019, la structure d’Envie ERG Charente Maritime (anciennement Blan’cass) a vu le jour. De nouvelles créations sont à venir : Envie Brest, Envie Paris ainsi qu’Envie La Roche sur Yon.

Reuse: la norme européenne sur la réutilisation

Depuis 2014, ecosystem travaille avec le CENELEC sur la rédaction d’une norme européenne sur la réutilisation des appareils électriques (« Re-use » EN-50614). Son objectif est d’harmoniser les pratiques européennes en matière de préparation à la réutilisation, dans le respect des réglementations produits et déchets ainsi que de la REP. Depuis la publication de cette norme devenue norme CENELEC en 2019, et norme française en 2020, ecosystem souhaite accompagner les acteurs de l’ESS vers un niveau de qualité cible, vecteur de professionnalisation des activités de réutilisation

L’exemplarité est déjà en place avec ecosystem et Envie en matière de traçabilité, de garantie, de fonctionnalité et de remise à la filière a fait ses preuves. Les enjeux du projet sont désormais : la traçabilité, la pesée des flux, l’identification unique de chaque appareil et la sécurité électrique pour chaque opérateur et utilisateur.

ecosystem participe aux travaux sur l'indice de réparabilité

Dans le cadre de la loi Anti-Gaspillage et Economie Circulaire (AGEC), ecosystem a participé à des travaux sur l’indice de réparabilité. Le but de cet indice est d’encourager les consommateurs à réparer leurs objets en panne avant qu’ils n’en achètent un neuf. L’indice permettra donc d’informer et de familiariser les consommateurs avec cette notion de réparabilité afin que le réflexe de réparation se généralise. Dans un premier temps, quatre objets seront concernés par l’affichage de cet indice, à compter du 1er janvier 2021 : les lave-linges, les téléviseurs, les ordinateurs ainsi que les téléphones portables.

Par ailleurs, afin d’encourager également les fabricants à concevoir des appareils réparables, cet indice de réparabilité intègrera un aspect financier : en effet, les metteurs en marché d’appareils comportant un bon indice de réparabilité paieront moins cher en termes de contribution.

Consultez réemploi et réutilisation par secteurs